Un exercice à propos de la promotion des mathématiques.

Le 28 juin 2014  - Ecrit par  Étienne Ghys Voir les commentaires (6)

Un communiqué nous apprend cette semaine que :

"Cinq mathématiciens installés dans de prestigieux instituts ou universités internationalement reconnus se verront remettre le “Breakthrough Prize of Mathematics” lors d’une cérémonie prévue les 9 et 10 novembre dans la Silicon Valley : Terence Tao (Université de Californie), Jacob Lurie (Harvard University ), Simon Donaldson (Simons Center for Geometry and Physics) ; Maxim Kontsevich (Institut des Hautes Études Scientifiques), Richard Taylor (Institute for Advanced Study in Princeton).

À l’initiative du milliardaire Yuri Milner et de Mark Zuckerberg, fondateur du célèbre Facebook, ce prix est le plus lucratif jamais établi. Semblable aux prix déjà existants pour la physique fondamentale et les sciences de la vie. Il vient récompenser les efforts de mathématiciens et se veut un outil de promotion de cette discipline."

Outil de promotion des mathématiques ?

Exercice :

Sachant que le montant du prix est de 3 millions de dollars pour chacun des cinq lauréats.

Sachant qu’un dollar vaut environ 75 centimes d’euros.

Sachant qu’une bourse post-doctorale pour un jeune chercheur coûte environ 50 000 euros par an (charges comprises),

Calculer combien de bourses Yuri Milner et Mark Zuckerberg auraient pu financer pour des jeunes ?

Partager cet article

Pour citer cet article :

Étienne Ghys — «Un exercice à propos de la promotion des mathématiques.» — Images des Mathématiques, CNRS, 2014

Commentaire sur l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • Un exercice à propos de la promotion des mathématiques.

    le 29 juin 2014 à 13:38, par Thomas Sauvaget

    Bonjour,

    un calcul assez perturbant ! En même temps, si le nombre de postes permanents de chercheur n’augmente pas en conséquence, il semble qu’il ne serait peut-être pas judicieux de financer autant de jeunes. Pour rester dans votre idée, cette même somme pourrait par contre donner lieu à 2 ou 3 postes permanents ainsi que toute une gamme de contrats plus courts.

    Manifestement, ce n’est pas l’optique des mécènes en question, pour qui il s’agit avant tout de faire de certains mathématiciens brillants des « superstars », avec donc en implicite « avant vous n’étiez pas bien riche, donc vous n’étiez pas une superstar ».

    Argument évidement faux en ce qui concerne le milieux scientifique (puisque que ce sont précisément des chercheurs déjà reconnus). Donc la question est de savoir si dans la cible grand public des mécènes il y aura bien un changement d’attitude : (a) que ma voisine sache dorénavant qui sont Simon Donaldson et les autres (b) que des collégiens ou lycéens, lisant cela dans la presse junior ou autre, décident de devenir mathématicien « puisque que ça gagne autant qu’avocat ou tradeur » (et, dans le cas d’espèce, si les profils ainsi attirés sont vraiment ce qu’il y a de mieux pour les mathématiques...)

    J’ai, comme vous, quelques doutes à ce sujet, mais l’avenir le dira. En tous les cas, il y aura une cérémonie de remise des prix en Novembre (une espèce de show avec quelques acteurs célèbres en guise de maîtres de cérémonie, si l’on en croit le prix équivalent en physique), qui semble quelque peu en décalage avec les choses habituelles. Ce pourrait être assez cocasse : « et voici George Clooney qui va maintenant décrire les travaux de Richard Taylor avant de lui remettre son prix » :-)

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?