18 octobre 2011

6 messages - Retourner à l'article
  • Vive les mathématiques financières !

    le 18 octobre 2011 à 16:23, par Gédéon

    Je suis désolé, mais je n’ai rien compris à votre article. Je ne sais même pas s’il faut le prendre au premier degré. Pouvez-vous expliquer pour de non mathématiciens ?

    Répondre à ce message
  • Vive les mathématiques financières !

    le 18 octobre 2011 à 17:40, par ROUX

    Le titre est clairement à prendre au second degré.

    Répondre à ce message
  • Vive les mathématiques financières !

    le 19 octobre 2011 à 12:37, par Damien Gayet

    Bonjour, merci pour cette jolie lettre. Je ne suis pas d’accord avec une seule chose, mais de taille : accuser les mathématiques et leurs départements d’avoir créé des écervelés irresponsables en finance me semble aussi pertinent que d’accuser Einstein d’avoir « inventé » la relativité restreinte, parce qu’elle a servi à construire la bombe atomique. Il me semble qu’on ne résout jamais un problème structurel avec de la morale : tant qu’un système permet d’agir légalement sans avoir de comptes judiciaires à régler avec la société, définis a priori (et non pas une fois le système dévasté), il ne faut pas s’attendre à ce que ses agents ne profitent pas de toutes les possibilités qui sont à leur disposition pour accroître leurs profits, et je ne vois pas dans le fond pourquoi on le leur reprocherait. Le problème est le même pour l’accroissement des inégalités : accuser les riches d’utiliser les niches fiscales ne fera pas avancer d’un poil la justice sociale ! En revanche, il suffit de faire disparaître, politiquement, ces niches. Concernant le problème de la finance, demander aux traders d’avoir un comportement moral n’aura jamais aucun effet. En revanche, revenir sur la gigantesque libéralisation des marchés financiers depuis le début des années quatre-vingt-dix, créer une taxe des échanges ou tout autre mesure politique mettant légalement la bribe aux « libertés » financières (dont celle d’utiliser les ressources des états pour se renflouer puis de les attaquer, comme vous l’expliquez à juste titre) me semble incomparablement plus efficace que gourmander les départements de math parce qu’ils ont fourni des étudiants formés pour faire gagner de l’argent à leur banque de façon absolument légale (hors cas particuliers...). Sinon, on passera notre temps à regarder en haussant les épaules les banques s’empiffrer quand la bourse monte, et à les taxer de grands immoraux quand ils détruisent l’économie réelle à cause de leur stupidité grégaire, mais parfaitement rationnelle et surtout légale.

    Répondre à ce message
  • Vive les mathématiques financières !

    le 19 octobre 2011 à 21:56, par François Jouve

    De rien.
    En fait nous sommes d’accord. Je dis très clairement que les responsables sont selon moi les hommes politiques qui ont laissé faire. Votre comparaison avec Einstein et la bombe et très pertinente. En effet, comme tous les physiciens qui ont travaillé sur le projet Manhattan, Einstein a eu une réflexion approfondie sur les conséquences de ses recherches. De même, il me semble, que la plupart des chercheurs qui ont été confrontés à des sujets pouvant avoir des applications militaires. Ensuite, après réflexion, certains décident de ne pas le faire alors que d’autres vont trouver des justifications, par exemple géopolitiques, au fait de travailler au développement de telle ou telle arme. On peut trouver ces justifications fondées ou pas, mais on s’est posé le problème.

    Ce que je trouve effarant avec les maths financières c’est que personne ne semble se poser de problème d’aucune sorte. En 2008 il y a eu par exemple des interviews hallucinantes d’étudiants de master de finance, pour lesquels le mot « décérébrés » n’était pas une outrance. Et tout est fait dans ces formations pour qu’ils n’aient surtout pas le moindre début de réflexion sur la portée économique et politique des métiers qu’ils exerceront.

    Alors oui, en effet, les mathématiciens ne sont pas les responsables canoniques de la crise financière. Mais, sans craindre le point Godwin, j’oserai une comparaison : si Himmler est sans aucun doute le responsable de la Shoah, cela ne dédouane pas totalement la responsabilité des milliers de petits fonctionnaires qui l’ont rendue possible.

    Répondre à ce message
  • Vive les mathématiques financières !

    le 20 octobre 2011 à 09:20, par Karen Brandin

    Parce que je l’ai prêté il y a quelques mois déjà et que je n’ai pas eu l’occasion de le récupérer, je ne peux pas être très précise mais il me semble que le problème des conséquences du développement des mathématiques financières
    est évoqué par Jean-Pierre Kahane lors d’un entretien (dans le cadre de la Cité des Géométrie) qui a fait l’objet d’un DVD intitulé :
    « La passeggiata, battement d’ailes au Jardin du Luxembourg ».

    C’est un entretien assez court donc les thèmes sont évoqués plutôt que traités mais cela peut donner l’occasion d’un nouvel éclairage.

    Répondre à ce message
    • Vive les mathématiques financières !

      le 20 octobre 2011 à 10:00, par François Jouve

      Sur ce site même il y a un article de J.P Kahane écrit en 2009 après que Michel Rocard ait employé la même expression que moi (« crime contre l’humanité »), ce que j’avais oublié, à propos des math financières.
      http://images.math.cnrs.fr/Mathematiciens-et-finance.html

      Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.