6 août 2012

14 messages - Retourner à l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • Faut-il arrêter d’enseigner les maths à l’école ?

    le 7 août 2012 à 11:58, par Jérôme Buzzi

    Je crains que le problème ne dépasse les mathématiques : combien de personnes ont-elles compris le sens de la recherche scientifique ? Je connais des ingénieurs qui pensaient que la recherche mathématique consistait à résoudre rapidement une grande quantité d’exercices...

    D’une part, le sens de quelque chose est très difficile à enseigner, faisant de l’acquisition de « compétences », voire de recettes, une tentation presque irrésistible. Ce problème semble s’être posé à l’enseignement du latin (cf. infra).
    D’autre part, cela me semble contraire à l’esprit du temps.

    Pour les entreprises, il s’agit d’être immédiatement efficace, et l’économie de la connaissance relève davantage de la privatisation et de l’exploitation « optimisée » de principes bien établis (souvent avant les années 1980) traités comme des boîtes noires que par de réelles nouveautés, par nature aléatoires. Quant à la masse des consommateurs, pour la distraire et même pour la fasciner, c’est peut-être encore mieux que les objets proposés soient considérés comme magiques.

    Enfin, si « il n’y a pas d’alternative » pour la société, si vos seuls choix sont : téléphone noir ou blanc, pourquoi s’encombrer la tête ? Isaac Asimov a imaginé ce futur :

    « The answers showed up in squiggles and you had to know what the squiggles meant. Mr. Daugherty says that, in olden days, everybody learned how to make squiggles when they were kids and how to decode them, too. Making squiggles was called ’writing’ and decoding them was ’reading.’ He says there was a different kind of squiggle for every word and they used to write whole books in squiggles. He said they had some at the museum and I could look at them if I wanted to. He said if I was going to be a real computer and programer I would have to know about the history of comput­ing and that’s why he was showing me all these things. »

    Niccolo frowned. He said, « You mean everybody had to figure out squig­gles for every word and remember them ? ... Is this all real or are you making it up ? »

    Someday, Isaac Asimov (1956)

    Pour l’histoire de la domination puis de la chute du latin, on pourra consulter : Le latin ou l’empire d’un signe, F. Waquet (1998).

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.