21 août 2010

7 messages - Retourner à l'article
  • Un exposé de S. Smirnov

    le 21 août 2010 à 12:13, par Ilies Zidane

    Effectivement, c’est un très joli résultat.

    Répondre à ce message
  • Un exposé de S. Smirnov

    le 21 août 2010 à 16:20, par Julien Olivier

    C’est le genre de résultat qui paraît si simple... Est-ce que ça l’est (et sa démonstration récente provient essentiellement du fait que personne ne s’était posé la question auparavant) ou est-ce que c’est en fait difficile ?

    Répondre à ce message
    • Un exposé de S. Smirnov

      le 21 août 2010 à 18:41, par Étienne Ghys

      Bonsoir,

      Ce que je lis dans leur prépublication (et ce que m’a confirmé Smirnov ce soir au pot offert par la délégation du Canada !), c’est que ce résultat avait été prévu « heuristiquement » par des physiciens en 1982 et qu’on en attendait une justification de puis 28 ans...

      Etienne

      Répondre à ce message
  • Un exposé de S. Smirnov

    le 21 août 2010 à 16:29, par Damien Calaque

    Cher Etienne,

    merci pour ces billets en direct d’Hyderabad (tu es un peu l’envoyé spécial d’IdM là-bas).

    Quand tu écris

    ce genre de résultats est important dans des problèmes de physique statistique

    est-ce que l’histoire est trop longue pour être racontée ou est-ce que tu pourrais nous expliquer en quelques lignes pourquoi ?

    Tu peux aussi me répondre que tu n’as pas vraiment le temps.

    Amitiés,

    Damien

    Répondre à ce message
    • Un exposé de S. Smirnov

      le 21 août 2010 à 18:44, par Étienne Ghys

      En effet, il faudrait justifier...

      Images de Maths est en train de chercher un auteur qui pourrait nous faire un joli article sur la question....

      Amitiés,

      Etienne

      Répondre à ce message
    • Pourquoi c’est important

      le 22 août 2010 à 20:21, par Rémi Peyre

      En espérant ne pas raconter trop de bêtises...

      La question des chemins auto-évitants se retrouve quand, dans un milieu de dimension 2 (par exemple une membrane), on s’intéresse à des polymères (des chaînes de molécules) ou à des frontières. Dans le cas de la polymérisation, la valeur de c est liée à la température à partir de laquelle la molécule cesse de polymériser en bloc, c’est-à-dire qu’au lieu de faire une grande chaîne elle en fait plein de petites.

      Autant que je sache, ce qui intéresse Smirnov ce n’est pas tant la valeur de c qui l’intéresse, que la façon dont F(N) diffère de c^N. En effet, on soupçonne le quotient F(N)/c^N de croître comme une puissance bien précise de N (je ne sais plus combien au juste, peut-être N^[11/32]). (Cela dit, pour l’instant Smirnov n’a pas réussi à mener cette seconde étape à bien). Cet exposant « 11/32 » serait universel, c’est-à-dire qu’il ne dépend pas de savoir si le réseau est fait d’hexagones, de carrés, de triangles ou n’importe quoi (alors que la valeur de c, elle, en dépend). De même que la valeur de c est liée à la température de transition de phase, la valeur de « 11/32 » exprime la façon dont le système se comporte au voisinage de cette transition. On pourrait considérer que c’est du pinaillage, mais en fait toute la physique des interfaces étudie précisément ce qui se passe pile au niveau des transitions.

      Tous ces résultats s’expliquent en fait dans une théorie (assez abstruse) que les physiciens ont développée heuristiquement : ils se sont dits « il est vraisemblable que tel truc se comporte de telle manière, et dans ce cas on a forcément un exposant qui vaut 11/32 ». Le problème est qu’on n’a pas de démonstrations des suppositions heuristiques en question (qui sont très difficiles à prouver, voire à... énoncer proprement !), donc il faut trouver un moyen de rendre rigoureux l’argument des physiciens ou de le contourner. Le résultat sur la constante de connectivité est un premier pas important qui montre qu’on peut arriver à prouver de façon complètement rigoureuse certaines heuristiques des physiciens, et surtout met en lumière des méthodes pour le faire.

      Concernant la difficulté du problème : oui, c’est un problème très difficile, et si la question est restée ouverte aussi longtemps après avoir été formulée ce n’est certainement pas parce qu’elle n’intéressait pas les gens ! Cela dit la démonstration de ce problème est « relativement facile », au sens où on peut l’exposer quasi complètement en une heure... sauf qu’elle fait appel à l’introduction d’un objet complètement étrange (une « observable parafermionique ») qu’il fallait avoir une sacrée perspicacité pour définir et étudier !!

      Répondre à ce message
      • Pourquoi c’est important

        le 23 août 2010 à 01:11, par Rémi Peyre

        Post-scriptum : quand je dis « exposer en une heure », je sous-entends quand même que l’auditoire est constitué de mathématiciens professionnels...

        Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.