25 août 2010

3 messages - Retourner à l'article
  • Cocorico !

    le 26 août 2010 à 00:39, par Arnaud Lionnet

    Il ne faut pas trop en vouloir aux media, pour une fois que les mathématiciens français ne sont pas d’infâmes traine-savates payés royalement pour faire 6h de cours par semaine.

    Mais sur le fond je suis tout à fait d’accord avec Etienne Ghys, c’est amusant de voir à quel point, soudainement, « nous les Français on est trop bons en maths ». A tel point que certain journaux en oublient de préciser la première nationalité de Ngo (http://www.ledauphine.com/actualite/2010/08/19/les-francais-rois-des-mathematiques, pour citer celui qui m’a frappé).

    Sur la page Prix Abel de Wikepedia (version française) il y a un petit commentaire que je cite :
    « Il est à noter que parmi les lauréats, au moins 4 ont eu (voire ont toujours) plusieurs nationalités, ce qui correspond souvent à une éducation et une carrière mathématiques réparties entre plusieurs pays. Un classement national des lauréats n’a donc pas grand sens, si ce n’est pour remarquer que certains pays (la France et les États-Unis) réussissent à « récupérer » des mathématiciens de valeur, qui ont souvent fait toute leur éducation et le début de leur carrière à l’étranger. »

    Ceci dit, je me réjouis que la France, outre sa capacité à former de bons mathématiciens soit aussi considérée comme une terre accueillante par ceux qui sont déjà formés voire bien lancés.

    Répondre à ce message
  • Cocorico !

    le 29 août 2010 à 16:10, par pi.erdeux

    Cocorico en effet !
    Ngo Bao Chau n’est pas le seul mathématicien d’origine
    étrangère et formé en France, à avoir eu la médaille fields.
    Dans ce billet, on signale le cas d’Alexandre Grothendieck,
    qui, lui, ne fut pas naturalisé (ce qui présente surtout
    des inconvénients mais au moins l’avantage de ne pas risquer d’être
    dénaturalisé ...)

    D’autre part, le nombre de médailles fields françaises est un indicateur. Il y a en a d’autres, comme par exemple, le nombre de conférenciers français au Congrès internation des
    mathématiciens. Qu’en est-il ?

    Répondre à ce message
    • Cocorico !

      le 29 août 2010 à 21:24, par Étienne Ghys

      En effet, le nombre de conférenciers est un indicateur souvent utilisé.

      Voici les chiffres.
      Comme indiqué dans mon billet, la « nationalité » tient compte du pays où le mathématicien travaille.

      Au total 191 conférenciers (20 pléniers et 171 dans les sessions parallèles).

      USA : 69 conférenciers

      France : 22

      Allemagne : 15

      UK : 12

      ...

      Italie : 2

      ...

      Espagne : 1

      ...

      24 femmes au total.

      Pour information, la première femme qui a été invitée pour une conférence plénière fut E. Noether dans les années 30 et la deuxième fut K. Uhlenbeck en ... 1990 !

      Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.